Shubhankar Sharma : la belle surprise du WGC Mexico !

À seulement 21 ans, cet indien a déjà de l’avance sur sa carrière professionnelle ! Ce week-end au WGC-Mexico, il a réussi à impressionner le grand Phil Mickelson.

Il devient professionnel à l’âge de 17 ans, et a participé à l’Asian Development Tour l’année qui a suivi. De 2015 à 2017 il a joué principalement sur l’Asian Tour et il a commencé petit à petit à jouer sur l’European Tour.

Il compte déjà 2 victoires professionnelles sur la saison 2018 : Joburg Open en décembre et le Maybank Championship le mois dernier dans lequel il a réalisé une carte exceptionnelle de 62 (-10). C’est à partir de ce moment qu’il devient joueur officiel sur l’European Tour.

Le WGC Mexico est son premier départ sur le circuit américain. Et pour une première, il n’a pas voulu être dans l’ombre. De par la performance de son jeu, il a réussi à captiver l’attention des médias, des spectateurs et d’autres golfeurs. D’entrée de jeu, il a réalisé un eagle et a sorti sa plus belle carte de 65 (-6). Le vendredi, il a commencé de nouveau sa journée avec un eagle et a enchaîné 5 birdies sur les neuf derniers trous. Il s’est alors offert un score de -5. Puis, il s’est retrouvé en -2 avec cinq birdies et trois bogeys. Il menait alors le jeu mais malheureusement il a terminé avec un score de 3 coups au-dessus du par. Il prend donc la 9e position du classement, à six coups de Phil Mickelson. Une très belle place pour un début sur le PGA Tour !

Il y a encore quelques mois, peu de personnes connaissaient son existence. Aujourd’hui, il est au 1er rang du classement de la Race to Dubaï en passant devant Tommy Fleetwood. Ce n’est pas tout ! Il se trouve à la 66ème de l’OWGR alors que quelques mois plus tôt il se situait à la 202e place. Et pour finir il est invité au Masters Tournament !

Il raconte son premier contact avec l’incroyable Phil Mickelson, au Mexique, à la presse : 

« Moi et mon caddie, nous sommes tous les deux venus vers lui« , a déclaré Sharma. « Il pensait que nous étions des journalistes et il a dit ‘pas maintenant, après le tour’. Ensuite il a compris et a dit ‘désolé, je pensais que vous étiez journaliste’. Nous nous sommes dit ‘bonjour’ puis il a fait quelques putts. Il est revenu vers moi et m’a dit ‘bonne journée’. C’était sympa.« 

Propos repris sur Golf.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.