Ernie Els « j’ai eu les chocottes » – Augusta

Ernie Els "j'ai eu les chocottes" - Augusta

Ernie Els, quadruple vainqueur de Majeurs, a l’habitude de rentrer des putts à moins de 2 mètres sans même y réfléchir à deux fois. Et pourtant, ce jeudi, ce n’était pas Els le champion qui a joué le premier trou de l’Augusta National – 6 tentatives de putts avant de rentrer péniblement la balle. Un enchaînement douloureux à regarder. Alors, que s’est-il passé ? 

« C’est difficile à expliquer », s’est exprimé le golfeur sur GolfChannel. « C’est l’un de ces moments où vous n’arrivez pas à faire ce que vous réussissez habituellement. C’est inexplicable ».

« C’est très difficile à vivre » (Els)

Un coup après l’autre, la balle passait encore et encore à côté du trou si bien que l’on aurait pu croire à une mauvaise blague. Mais Els, qui avait travaillé son putting en fin de la saison dernière, avoue « avoir eu les chocottes ».

« Je pourrais retourner sur ce green maintenant et enchaîner 20 putts de deux mètres sans problème. Mais ensuite, vous vous rendez sur le parcours et vous vous sentez différent et vous n’arrivez plus à jouer. J’ai eu les chocottes ». 

Et pourtant, malgré ce début chaotique, Ernie Els a réussi à jouer les 15 trous suivants à +1 avant de concéder deux bogeys sur les deux derniers trous. 

« Je ne suis pas certain de ce que j’ai fait, je ne sais pas comment j’ai tenu. Vous n’avez envie que d’une chose dans ces moments là, c’est de partir. Mais vous aimez le golf et vous devez respecter le tournoi ».

Souhaitons lui un meilleur deuxième tour ce vendredi à 15h59.

« J’ai de la peine pour Ernie » (Jordan Spieth)

Les réactions n’ont pas tardé par la suite. Peut-être remontent-elles le moral d’Ernie Els. « Vous n’avez vraiment pas envie de voir un collègue dans une telle situation », a déclaré Jason Day. « Des fois, ça peut mettre fin à une carrière. Si un golfeur lutte à ce point ».

Jordan Spieth a avoué « se sentir mal pour Ernie ». « Tout est dans la tête et on a tous des mauvais moments. Des moments où l’on a pas confiance en ce que l’on fait ».

Le double champion Tom Watson est venu en aide à Ernie déclarant que les putts devaient être bien plus difficiles à rentrer qu’ils n’en avaient l’air, surtout avec le temps venteux. « Le trou est en hauteur. Ça peut souffler très fort là bas. C’est probablement le green le plus exposé au vent de tout le parcours ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.