Rédigé par 10 h 31 min Actualités, Carrousel

Ernie Els améliore son putting et espère la victoire

Un volte-face remarquable dans son putting a donné à Ernie Els un nouvel espoir de réussite. Le Sud-Africain rentre dans la compétition sur l’Emirates Golf Club cette semaine fort de son putting sans faute au Qatar.

Ernie ELs
Un volte-face remarquable dans son putting a donné à Ernie Els un nouvel espoir de réussite lors des prochains grands tournois mondiaux. Grand vainqueur de Majeurs à quatre reprises, Els rentre dans la compétition sur l’Emirates Golf Club cette semaine fort de son  putting sans faute, la semaine dernière au Qatar.
 
Si une telle amélioration n’est pas suffisante pour booster sa confiance, Els peut compter sur ses 3 dernières victoires sur l’Omega Dubai Desert Classic, sans oublier son monstrueux score de 172 sous le par sur 52 tours sur le parcours Majlis.

“Je commence à être plus en confiance…” (Els)

Etre vraiment nul sur les greens, et c’est un euphémisme, et parvenir à un sans faute la semaine dernière, c’est la progression que je recherchais“, a déclaré le grand gagnant de 1994 – son premier titre sur le circuit européen -, de 2002 et de 2005.

Je commence à être plus en confiance. Je dois encore faire quelques arrangements dans mon jeu mais ce pour quoi j’ai travaillé sur les greens commence à montrer des résultats, ce qui me fait vraiment plaisir. Pendant un moment, j’ai eu peur. J’ai vécu quelques mauvaises années et l’année dernière fut probablement la pire. Le problème venait de mon jeu court et ça me prenait vraiment la tête“.

“Vous ne pouvez pas jouer si vous ne réussissez pas vos putts. Autant trouver un autre job. Et j’y ai pensé pendant un moment”.

Beaucoup de mes amis et mon père m’ont dit de changer mon grip, de faire un changement drastique dans ma façon de jouer, d’essayer de placer ma main gauche en bas au lieu de la droite, et je leurs disais non, non, non. Mais lors du South African Open, je ratais toujours mes putts à 45 cm“.

Alors je me suis dit que j’allais essayer. Et au second tour, j’ai essayé et j’ai commencé à ressentir plus de stabilité. Maintenant ça me semble normal. J’espère que c’est le changement qu’il me manquait“.

“… et je n’en ai pas fini avec le golf”

Avec son jeu en spirale montante, le golfeur de 46 ans attend avec impatience la saison à venir.

J’ai hâte. Il y a plusieurs Majeurs en vue dont l’US Open à Oakmont ainsi que Troon et Baltusrol pour l’US PGA. Ce sont de grands tournois qui se préparent. Et j’aimerais beaucoup faire parler de moi le plus possible cette année“.

J’ai toujours quelque chose à me prouver. Si vous êtes un bon joueur, ça ne vous quitte jamais vraiment. Vous avez juste à vous le prouver. Je pense que je ne suis pas différent des autres golfeurs de mon âge ou d’une autre génération, si vous regardez Peter Thomsons, Gary Players, Jack Nicklaus, etc. Nous avons tous beaucoup de choses en commun, nous voulons jouer jusqu’à notre mort. Dans notre tête, nous n’en avons pas fini. Je n’en ai pas fini“.

(Visited 8 times, 1 visits today)
Close