Rédigé par 11 h 15 min Actualités, Carrousel, Résultats de compétitions • One Comment

AT&T Byron Nelson : Garcia bat Koepka en playoff

Irving, Texas – Après plus de 4 ans sans victoire, le tournoi du AT&T Byron Nelson souri comme à l’époque à Sergio Garcia. Déjà à ses débuts sur le parcours du TPC Four Seasons en 1999, “El Niño”, alors âgé de 19 ans rendait une première carte de 62. Dimanche dernier, un par a été suffisant à l’espagnol sur le premier trou de playoff pour l’emporter.

Irving, Texas – Après plus de 4 ans sans victoire, le tournoi du AT&T Byron Nelson sourit comme à l’époque à Sergio Garcia. Déjà à ses débuts sur le parcours du TPC Four Seasons en 1999, “El Niño”, alors âgé de 19 ans rendait une première carte de 62. En 2004, il remportait le fameux titre remis par le renommé Lord Byron Nelson.  

Dimanche dernier, un par a été suffisant à l’espagnol sur le premier trou de playoff pour battre un Brooks Koepka malheureux, qui noie son drive dans le lac du 18. Matt Kuchar termine 3ème à la suite d’une remarquable carte de 65 sans bogey. Jordan Spieth, peu en réussite malgré de “bonnes sensations”, se place 18ème après un dernier tour en +4 au dessus du par.  

Sergio Garcia, à hauteur de la légende Seve Ballesteros

Fort de ce 9ème succès sur le PGA Tour, Sergio Garcia rejoint son mentor Severiano Ballesteros en tant qu’espagnol le plus titré sur le circuit américain. Lors de la remise du trophée,  Garcia, touché par le discours de Peggy Nelson, veuve de Byron Nelson, n’a pu s’empêcher de retenir ses larmes.

« 

C’était une semaine remplie d’émotions, et au bout du compte Peggy a clôturé le tournoi par me faire pleurer, alors que je ne m’y attendais pas du tout. »

L’espagnol de 36 ans s’est imposé malgré quatre bogeys et deux balles dans l’eau sur le retour, pour une carte finale de -2 sous le par.

Sergio Garcia se rit de dire : 

« Figurer au même niveau que Ballesteros, cela représente énormément pour moi. On peut dire que j’ai gagné un peu à la Seve aujourd’hui. En effet, à part sur les 5 derniers trous, je n’étais pas totalement en confiance avec mon swing, au drive notamment. »

« Heureusement j’ai été solide sur mes chips et mes putts comme pouvait l’être Ballesteros à l’époque, je suis fier de ça. »

Koepka, le jour de trop

Alors que la victoire semblait lui tendre les bras à -17 après 2 birdies au n°7 et n°9 , Brooks Koepka a faibli sur le retour. Lui qui avait deux coups d’avance sur Jordan Spieth et trois sur Sergio Garcia au tee du dernier tour, a craqué en concédant 2 bogeys de suite au n°14 et n°15 et en ratant une chance de birdie sur le 18. 

Sa carte de 71 (+1) lui assurant néanmoins un playoff face à Sergio Garcia. S’élançant le premier sur le n°18, son drive fini dans l’eau, lui privant alors du sacre. L’américain reste tout de même positif, car il signe ici sa meilleure position sur le circuit PGA.

Jordan Spieth, à côté de ses pompes

Le numéro 2 mondial, qui jouait ce week end à domicile, n’a pas tenu la cadence imposée par le groupe de tête. Déstabilisé par deux bogeys sur les 5 premiers trous, Jordan Spieth est passé à côté de son tournoi, en finissant par une carte de 74 qui le place 18ème, à  -10 sous le par.

Interviewé à la fin du parcours, Spieth s’est dit « frustré ! Il n’y a vraiment pas d’autres mots pour décrire comment je me sens. »

 

(Visited 8 times, 1 visits today)
Close