Rédigé par 8 h 32 min Actualités, Carrousel

Le challenge : le trou 16 du TPC Scottsdale

Ce jeudi 04 février marque la première journée du Waste Management Phoenix Open sur le PGA Tour. Et malgré leurs craintes, tous les joueurs devront passer l’étape, celle du trou N°16 du TPC Scottsdale.

Trou N°16 du TPC Scottsdale

Ce jeudi 04 février marque la première journée du Waste Management Phoenix Open sur le PGA Tour. Et malgré leurs craintes, tous les joueurs devront passer l’étape, celle du trou N°16 du TPC Scottsdale. Ce fameux Par 3 est le seul trou complètement fermé du PGA Tour. Les tribunes qui l’entourent accueillent une foule surexcitée de 20 000 personnes qui alternent encouragements et huées à chaque coup joué.

Pour y parvenir, les joueurs doivent parcourir environ 130 mètres entre le green du 15 et le tee du trou N°16. Un petit pont pour commencer puis le sentier balisé destiné habituellement aux chariots de golf et enfin, les golfeurs doivent traverser un tunnel qui passe sous les tribunes. Et c’est là que la pression monte.

Un pieds en avant, puis le deuxième. Le bruit qui retentit des tribunes ne fait qu’augmenter le stress des joueurs alors qu’ils traversent le fameux tunnel. Le fait est que le Par 3 du TPC Scottsdale, long de 148 mètres, hante les esprits de nombreux golfeurs avant même qu’ils n’y parviennent. Non pas par sa difficulté mais par sa popularité.

“On sentait le sol trembler sur le Scottsdale”

“Ça commence dès le premier trou”, a confié Ryan Palmer. “Vous en entendez parler toute la journée. On a pas souvent l’habitude de ce genre de choses dans le golf, traverser un tunnel et atterrir dans un stade. C’est cool“. 

Et il faut le vivre pleinement. “Vous devez vous laisser aller. Si vous y allez en pensant que vous allez être pitoyable, vous ne passerez pas un bon moment”.

Et pourquoi pas, enrouler un billet de 10$ autour d’une balle et la lancer aux fans dans les tribunes, comme l’a fait Palmer l’année dernière et comme il compte bien le refaire. “Les bières coûtent 8$, ça leurs fait 2$ d’argent de poche”.

Mais s’il pense que le public du “Colisée” peut être acheté, Palmer se trompe. Pas de cadeaux. En cas de coups ratés, ce sont des huées qui attendent les joueurs.

William McGirt se souvient de sa première fois au TPC Scottsdale en 2011. Il se trouvait au trou N°5 quand Jarrod Lyle réalise un magnifique trou en un sur le fameux N°16. “On pouvait sentir le sol trembler”, a t-il déclaré. Quand ce fut son tour de se confronter au public, il lance sa balle depuis le tee pour la voir dériver hors du green et atterrir directement dans un bunker. La balle était dans une pente avec peu de place pour la jouer mais McGirt parvient tout de même à sauver le par. Pas d’importance pour les fans, “ils m’ont hué quand même”
“Même réaliser des putts est stressant car on sait que si on le rate, on va se faire huer”. (McGirt)

“On ne s’entend même plus penser” 

“Quand on traverse ce tunnel, il faut vraiment se concentrer car c’est facile d’être distrait. Il y a eu des fois où il y avait tellement de bruits que mon caddie et moi ne pouvions même plus nous entendre parler. Il écrivait le numéro et me montrait de quel club il parlait. Des fois, on ne s’entend même plus penser”. (William McGirt)
 
La meilleure solution face au bruit ? Ian Poulter a twitté que les boules quies étaient déjà prêtes. Facile à dire mais sûrement moins à faire, pour McGirt “il suffit d’atteindre le green, faire deux putts et en finir. Jouer le trou le plus vite et en moins de coups possibles”.
Peut-être plus important encore, que faire avant et après jouer le trou ? Le trou N°15 est un Par 5 plutôt facile. C’est également là que les joueurs étudient la direction du vent car les tribunes du stade empêchent le drapeau de bouger sur le trou N°16.
 
Le trou N°17 du TPC Scottsdale est un Par 4 qui dispose également de tribunes. Mais c’est le trou 16 qui véritablement impose son écrasante silhouette dans l’horizon désertique.  Une autre raison pour laquelle le Par 3 donne autant les jetons aux golfeurs. “Quand vous le voyez pour la première fois, vous vous dites ‘wow, c’est immense'”, a raconté Brooks Koepka. “Vous gardez cette image dans la tête, celle d’un immense amphithéâtre et vous réalisez le nombre de personnes présentes dans les tribunes. Et c’est toujours quatre à cinq fois plus grand que ce que vous imaginiez”.
 
Ce qu’on a en tête au moment d’approcher le trou ? “Ne te rate pas !”


La première journée du tournoi a été retardée de 30 minutes. 
Suivre le classement !


(Visited 12 times, 1 visits today)
Close